Musique

Rencontre avec le beatmaker Mellow Cuton

#beatmaker#clusters#interview#mellowcuton#summertime
mellow cuton cover

A l’occasion de la sortie de son EP Clusters fin mai, nous avons souhaité rencontrer le beatmaker Mellow Cuton. Nous sommes donc partis à la découverte de son univers musical et de ses futurs projets !

Le beatmaking est une des disciplines qui m’a attiré très vite et ça va faire plus de quinze ans que je fais ça maintenant…

Salut ! Alors Mellow Cuton pourrais-tu te présenter pour nos lecteurs qui souhaitent te découvrir ?

Bonjour, moi c’est Mellow Cuton, Beatmaker Nantais, je suis dans la musique depuis petit, j’ai commencé la guitare au conservatoire de Nanterre puis j’ai voulu devenir compositeur. Le beatmaking est une des disciplines qui m’a attiré très vite et ça va faire plus de quinze ans que je fais ça maintenant.

Que signifie ton nom d’artiste ? Et comment as tu trouvé le nom ?

Dans un vieux film de gangsters (j’ai oublié le nom depuis), il y avait un vieux bar de Jazz & Soul qui avait pour nom le Melocoton.  J’ai toujours aimé la sonorité du mot, j’ai donc pris « Mellow » pour les prods smooth et « Cuton » vu que je découpe (« cut ») beaucoup d’éléments dans mes morceaux.

Comment définis-tu ton style musical ?

Avec le temps j’ai un peu appris à composer pour tous les styles, c’était mon idée de départ quand j’ai commencé. J’ai du mal à rester sur un style en particulier, je trouve que ça permet d’exprimer ce que l’on veut en fonction de son humeur, mais dernièrement, je dirais que je suis entre le hip-hop chill et le trip-hop sûrement.

J’essaie au maximum de ne pas avoir de schémas pour produire la musique la plus vivante et instinctive possible.

Quelles sont tes influences musicales ?

J’en ai beaucoup, mais principalement RJD2 et Madlib. Ensuite j’écoute beaucoup de choses complètement différentes mais qui peuvent m’influencer sur un moment précis, c’est un peu un gros bordel mon inspiration, mais c’est voulu. J’essaie au maximum de ne pas avoir de schémas pour produire la musique la plus vivante et instinctive possible.

Je n’avais pas de réel projet à moi, je me suis donc enfermé deux mois à faire des morceaux que j’aurai envie d’écouter

Tu as sorti le mois dernier un EP « Cluster », peux-tu nous en dire plus ? 

Comme je le disais plus haut, je suis beatmaker avec pas mal d’influences différentes donc je bosse avec de nombreux rappeurs/rappeuses, chanteur/chanteuses ou même « Zicos » qui sont totalement différents les uns des autres. Mais je n’avais pas de réel projet à moi, je me suis donc enfermé deux mois chez moi à faire des morceaux que j’aurai envie d’écouter. À la fin, j’ai sélectionné les 5 titres les plus cohérents les uns avec les autres et j’ai balancé Clusters.

Je ne souhaitais pas forcement de collaboration sur ce projet, mais avec mon pote Pabzzz on a entamé une track, Summertime, qui était le beat complet qu’on entend sur le projet. Un jour, en cherchant une a capella pour autre chose je suis tombé sur une nana qui chantait Summertime (comme je n’ai pas réussi à la joindre, je ne la nomme pas mais si un jour elle se manifeste, ce sera avec grand plaisir) et ça collait complètement à l’univers qu’on avait créé. C’est comme ça qu’est née la track qui tourne le plus du projet. Ça me fait plaisir d’avoir Pabzzz sur ce projet, j’aime beaucoup ce qu’il fait, je vous invite à aller l’écouter !

As-tu prévu une sortie vinyle ?

Non il n’est pas pressé en physique, ça demande pas mal d’argent et je ne pense pas être assez suivi pour vraiment en vendre et me rembourser. Si tu commences à faire des projets à perte tu vas vite avoir la tête sous l’eau et tu n’auras plus le temps d’en faire à nouveau. 

En tant que beatmaker, as-tu prévu de travailler avec plus de vocalistes pour accompagner tes productions dans le futur?

Je suis sur quelques projets avec des chanteuses que j’aime beaucoup. J’espère qu’on arrivera à sortir quelque chose de bon de tout ça. J’ai aussi eu des expériences beaucoup moins bonnes, comme par exemple commencer à produire pour quelqu’un, démarrer des morceaux, pour au final entendre des choses du genre « j’ai un nouveau manager, on part sur un nouveau truc, salut. »

C’est ce genre de comportement qui n’est pas vraiment rare dans la musique française que j’évite à tout prix aujourd’hui. Ça fait avant tout de la musique pour exister sur Facebook…L’humain commence à être un peu oublié dans tout ça alors que c’est, pour moi, la base d’un vrai morceau. Wetransfer, Facebook et Drop Box c’est utile mais si c’est le centre de ta musique, pour moi, tu ne fais pas de la musique, tu te prépares à être un produit de consommation périssable et sans saveur. (mode du con aigri OFF)

Je passe plus de 35h par semaine derrière ma MPC ou mon clavier MIDI, c’est une maladie la musique

Aujourd’hui tu fais de la musique à temps plein ? Combien de temps tu passes à produire, à sampler, à chercher des sons au quotidien ?

Non, je n’en fais pas à plein temps, dans le sens « métier ».  Il faut bricoler à coté pour pouvoir vivre. Je fais du sound design aussi et j’ai un projet pro à mettre en place dans les prochains mois, je croise les doigts. Mais je passe plus de 35h par semaine derrière ma MPC ou mon clavier MIDI, c’est une maladie la musique. Si tu tombes vraiment dedans tu décroches plus et tu sacrifies pas mal de choses pour en faire.

Pour terminer, as-tu quelques infos croustillantes a nous communiquer sur ton avenir ?

Je commence un nouveau projet, je ne sais pas quand je l’aurai fini. Je vais me baser sur quelque chose fait pour le live parce que ça m’attire beaucoup. J’ai pas mal d’idées et quelques directions artistiques déjà pensées, mais tout est à l’état de brouillon. Pour les collaborations, j’élabore des choses en ce moment avec Sameer Ahmadun peu de la même façon que je fais mon projet, des brouillons, des idées, de la réflexion… J’aime beaucoup bosser avec lui. Sinon, un projet vidéo/son avec Belra de l’Asile à Rennes et pas mal d’autres connections (certaines inattendues) mais j’en parlerai quand ça sera fini !

Et pour les lives je viens d’en faire 3 le mois dernier. Si vous aimez Clusters et que vous voulez chiller en fin d’après-midi sur Lyon, vous n’avez qu’à me booker !

Pour le fun, si tu étais un moment (ou une heure) de la journée, lequel serais-tu ?

Sans hésiter le café/clope du matin, ce moment où ta journée commence mais ton cerveau est encore dans le coton et que le monde extérieur ne t’atteint pas encore.

Un grand merci à Mellow Cuton pour nous avoir accordé un peu de son temps ! N’hésitez pas à le retrouver sur ses réseaux sociaux :
Facebook
Soundcloud
Bandcamp