Événement

On y était : Festival Garorock 2016

#onyetait#garo2016#garorock
Garorock 2016 Heure Bleue
Garorock 2016 festival Heure Bleue
01
02
Hélène Vignon

Je vous présentais les 5 bonnes raisons d’aller à Garorock, sachez qu’après y avoir été, la liste est beaucoup plus longue…

Comme j’aime bien ne pas faire comme tout le monde, j’ai vécu Garorock sous deux facettes. Celle de la fille qui a payé son pass, qui raffole de la programmation et qui a envie de s’éclater le temps d’un week-end. Et celle de la fille qui a eu un pass VIP (et ouais) grâce à son statut de rédactrice blog. Deux pass, deux couleurs, deux bracelets, deux expériences, une seule fille, voici mon week-end.

Garorock 2016 festival garopass


Bienvenue à Marmande, petit village du sud-ouest fort agréable qui reçoit depuis 20 ans, le festival Garorock. Des gens accueillants, un soleil radieux et dès les premiers pas, une ambiance légère et gaie qui se ressent. Tente sur le dos et sac de couchage sous le bras, je me suis décidée à suivre la foule en direction du festival. Si tout le monde n’avait pas eu le sourire aux lèvres, si la musique n’avait pas été de la partie, j’aurais parié sur un campement de l’armée française vu le nombre de tentes; après tout, 130 000 festivaliers, ce n’est pas rien. Rassurez-vous, pas de tentes Marabout kakis, mais bel et bien une collection de Quechua de toutes les couleurs (la marque devrait peut-être songer à faire un sponsoring). En ni une, ni deux, 15 minutes plus tard, j’avais traversé le camping et trouvé une petite place pour installer mon nid. Après avoir réuni le voisinage, me voilà en apéro, prête à m’ambiancer pour la première soirée du Garorock.

Pass jaune au poignet, je passe devant la foule, déchaînée, n’ayant qu’une hâte, celle de rejoindre le devant des scènes garorockiennes. J’arrive dans l’immense espace regroupant 4 scènes, des écrans géants, des attractions (train fantôme, auto-tamponeuses, tout ça, tout ça) et un parking à food truck. On ne m’avait pas menti, le festival est immense et magnifique. Je ne sais pas où regarder, et pourtant, je me dirige droit vers l’espace qui est réservé aux VIP, histoire de voir ce qu’il se cache derrière (Vous le savez, je suis curieuse). Décoration lumineuse, food truck, zone rafraîchissement, espace presse et… toilettes propres ! Ça a du bon d’être VIP ! Et puis, c’est sans parler de la découverte du siècle, les délicieux cocktails glacés de -196° degrés événement (promis on essaie de les ramener sur Lyon). 

Garorock festival 2016 open air

Pendant ce temps là, la foule crie au fur et à mesure que les artistes font leur show. Je ne peux m’empêcher de suivre le mouvement et de lever au ciel, mon bras orné du pass bleu. Tous unis, nous chantions, crions et dansions, c’est ainsi que la première soirée de Garorock s’est déroulée. Avec un Jamie XX en grande forme et un Feder qui nous a emmené jusqu’au bout de la nuit. Le plus long, était sûrement le chemin pour rentrer jusqu’à ma tente, rythmé par des cris tels que “apéro” et “il va faire tout noir – ta gueule”. C’est donc sans difficulté que je me suis endormie, très tard, pour reprendre des forces afin de profiter de ma deuxième journée du festival.

Tous unis, nous chantions, crions et dansions

Samedi matin, 8h, il fait déjà beaucoup trop chaud dans la tente pour dormir. Je décide donc d’aller faire un tour à Marmande, pour ravitailler le campement et partir à la recherche d’une prise pour recharger mon portable (ah oui, les galères du camping). La traversée du campement était épique, il fallait parvenir à marcher entre les tentes, les déchets plastiques et humains. Je crois que l’image du mec qui dormait dehors sur un matelas, déguisé en girafe avec la musique à fond illustre plutôt bien la situation. 

Ainsi, après une balade matinale sur le marché de Marmande (car oui, la ville toute entière fait partie du festival), je décide de me poser dans l’herbe, devant les tournois de foot où les joueurs évacuaient tant bien que mal leur soirée. L’ambiance était parfaite, posée, joyeuse et festive. Le boom bus offrait de la très bonne musique, notamment celle de Douchka, qui a été la belle surprise de ce week-end

Garorock 2016 festival open air boom bus

De retour du côté VIP, je me prépare à interviewer ce fameux Douchka qui fera également un show le soir. Vu que je sortais tout juste de son Dj set, j’étais déjà sous le charme, et le personnage ne m’a pas déçu. Adorable, marrant et surtout talentueux, le jeune breton est très prometteur ! En même temps, des conférences de presse avaient lieu, le tout, toujours dans une belle ambiance décontractée et amicale. 

Samedi soir, la foule avait doublé de volume et Garorock battait son plein. La soirée était riche en émotion, en surprise, en musique et j’en passe. J’ai pu danser sur du Deluxe, chanter sur du M83 et être bluffée devant Flume, qui nous a fait un show grandiose. Bien sûr, tous les artistes étaient bons, tous partageaient avec nous le plaisir d’être ici. C’est dans ce type de moment que l’on remarque à quel point la musique fédère et qu’elle représente une passion, une liberté et fait vibrer tout le monde. Clairement, ce samedi soir là, j’avais le garopass jaune et le garopass bleu, j’étais une seule personne, et VIP ou non, le spectacle était de taille. 

Garorock 2016 festival perches

Si je dois résumer ce week-end en quelques lignes, ce qui m’a été difficile de faire jusque là vu la taille de mon article, je dirais plusieurs choses. Tout d’abord, merci aux organisateurs de Garorock, aux festivaliers d’avoir été aussi jovials et sympathiques, aux artistes d’être venus pour partager leur talent. 

A savoir si tu es tenté pour l’année prochaine, faire ce festival va de pair avec : être cracra, être fatigué, être heureux, avoir faim, avoir soif d’eau pour la première fois de sa vie, avoir un débat entre chocolatine et pain au chocolat, en avoir plein les pattes (la marche, la marche), avoir une gueule de zombie, voir des choses bizarres, comme des girafes, des ours, des hommes bleus et dinosaures en tout genre, et voir des gens perchés.

En bref, Garorock, c’est à faire et à refaire. See you next year ! 
Garorock 2016 festival train fantome

Crédits photos de couverture : Laclefprod