Musique

Interview // Everydayz & Phazz

#everydayz#interview#nowadaysrecords#phazz#rencontre
photo everydayz phazz concert

Heure Bleue est allée à la recontre d’Everydayz & Phazz, deux jeunes beatmakers français, qui ont joué au Club Transbo à Lyon lors de la Nowadays Party. On vous dévoile l’univers de ces deux talents !

Salut Everydayz, salut Phazz ! Est-ce que vous pouvez vous présenter rapidement pour nos amis lecteurs ?

Phazz : Phazz. Beatmaker lyonnais. Enfin lyonnais depuis 5/6 ans mais j’ai adopté cette ville. 

Everydayz : Moi c’est Everydayz, je viens de Perpignan. Beatmaker, producteur, compositeur, interprète, performer (rire).

On se connaissait grâce à la musique mais pas en tant que personne.

Comment est né votre duo Everydayz & Phazz ?

Everydayz : C’est simple, on avait fait une série de live avec La Fine Equipe il y a quelques années. On avait bien accroché, on a tissé des liens. A l’origine c’est Ugo qui s’occupe du label Nowadays qui m’a proposé de faire un projet en duo avec un beatmaker. A l’époque il préparait une série de duo en vinyles. J’ai directement pensé à Phazz parce que je suis son travail depuis des années. On se connaissait grâce à la musique mais pas en tant que personne.

Phazz : On s’était croisé quelques fois sur Lyon. Il m’a contacté pour ce projet commun. On s’est retrouvé à trois reprises en studio pour créer l’EP Almeria.

Il n’y a pas de recette mais on essaye d’être toujours ensemble lorsqu’on produit, on évite les échanges par internet.

Comment vous vous organisez pour créer un son ? C’est difficile la collaboration entre deux beatmakers ?

Everydayz : C’est vrai que des fois c’est complexe. C’est une question qui revient souvent. Il y a plusieurs manières de fonctionner. Il y a la façon classique où l’un commence à créer et l’autre vient rajouter sa touche et on alterne jusqu’a arriver à un projet fini. Parfois on se mettait tous les deux à produire en même temps et on observait le résultat. Et des fois on s’envoyait directement les pistes.

Phazz : Il n’y a pas de recette mais on essaye d’être toujours ensemble lorsqu’on produit, on évite les échanges par internet.

Aujourd’hui vous faites partie de Nowadays, une belle famille d’artiste. Est-ce que le label vous a poussé à former ce duo ?

Everydayz : Disons que c’est l’impulsion d’Ugo et de l’équipe Nowadays qui a donné naissance à ce projet.

Phazz : Ils ont une série de projet qui consiste à rassembler deux beatmakers : Just a Lil’ Beat. On a dépassé le cadre car à la base c’était simplement une idée de mixtape en duo, à l’ancienne, avec du beatmaking et du sample et au final on a crée notre projet.

Sur la tournée Nowadays vous apparaissez toujours en duo. Comment vous gérez votre prestation sur scène ?

Phazz : En réalité c’est instinctif. On joue l’un après l’autre. Ce n’est pas une formation live, c’est un dj set donc c’est instinctif. On a élaboré le dj set, on a rajouté des samples et quelques effets.

Everydayz : Une idée en entraine une autre. On a une feuille de route et parfois on change de direction puis on revient à la trame de départ. On a pas de règle.

je sais que certaines personnes dont j’admire le travail nous ont « big up » pour ce travail.

Il y a plus d’un an votre EP Almeria est sorti, que vous a t’il apporté avec le recul d’aujourd’hui ?

Everydayz : C’est le projet dont je suis le plus fier. Les compositions, la façon dont il a été fait. C’est le plus abouti. D’autres beatmakers et musiciens l’ont perçu comme ça en tout cas. Après je ne connais pas trop le retour du public. Mais je sais que certaines personnes dont j’admire le travail nous ont « big up » pour ce travail.

Phazz : En réalité le retour du public est cool. Beaucoup de gens nous demandent Almeria lorsqu’on est sur scène. 

On avait envie de faire quelque chose pour papa et maman…

Almeria est ressorti avec une série de remixes. Comment avez-vous décidé de retravailler le morceau ?

Phazz : L’idée de départ était de faire un EP de remixes autour de Almeria sauf qu’à nouveau, on a un peu dérapé. On avait envie de faire quelque chose pour papa et maman en fait.

Everydayz : On voulait mettre la musique au centre du projet. Nous avons voulu faire ressortir les suites d’accords et ce qui fait vraiment la mécanique musicale du morceau qu’on avait crée. C’est un hommage à la mélodie plutôt qu’aux procédés de productions. C’est pour ça qu’il y a une version piano avec Gael Rakontondabre, une autre avec Krystle Warren et le remix de 20syl. Chacun en a fait sa propre interprétation.

On a un coup de coeur sur votre EP Almeria, c’est Girl Of My Dream. Racontez-nous l’histoire de ce titre.

Phazz : C’est une histoire marrante (rire). Il faut savoir que l’album a été fait assez rapidement. Ca a duré longtemps sur le calendrier mais sur cet espace de temps, on s’est vu que trois fois. Une semaine chez moi, une semaine chez Everydayz et une semaine à Paris dans le studio de Nowadays pour finaliser l’EP. Lorsqu’on était chez moi, on avait produit quasiment un titre par jour. On voulait faire un maximum de contenu pour ensuite l’éplucher. Ne retenir que le meilleur. Parmi ces nuits blanches qu’on a enchainé, on avait ce morceau. Le matin se levait et on se disait : il nous faudrait une voix sur ce titre. Bridge, le chanteur sur le morceau est un ami avec qui j’avais déjà collaboré sur l’un de mes morceaux. J’ai pensé automatiquement à sa voix. De là c’est enchainé un skype car il habite à Los Angeles donc à cette heure il était encore debout. Je lui envois le morceau et 15 minutes plus tard il nous répond : « c’est cool, allons-y ». J’avais quelques a cappella de Bridge donc je les avais glissées sur le morceau et on avait trouvé ça génial. Je lui ai envoyé le morceau, il l’a validé et c’était fini.

Everydayz : C’était vraiment ce qu’il manquait, la chaleur et le timbre de voix qu’il fallait.

Le clip de Everydayz & Phazz – Girl Of My Dream à voir ici :

Everydayz, tu as fait un morceau récemment avec Jazzy Bazz. Comment tu t’organises pour ce genre de production ?

Everydayz : On avait fait cette production il y a un an avec Jazzy. Et récemment il m’a contacté en me disant que Freddie Gibbs avait posé une a cappella sur le morceau. Il me l’a envoyé, je l’ai mixé et arrangé pour qu’il soit plus actuel et le morceau est sorti.

Tu as sorti un album aussi Cry Baby, sorti fin mai 2016. Tu chantes sur l’album ?

Everydayz : Alors oui je chante c’est un grand mot. J’utilise Auto-Tune. J’adore vraiment cet effet depuis longtemps, on se fout un peu de moi d’ailleurs. Mais il n’empêche qu’aujourd’hui beaucoup l’utilisent. C’était une expérimentation.

Phazz de ton côté tu as sorti un nouveau morceau sur Soundcloud, Now Me From. Qu’est-ce qui explique le changement de style par rapport à d’autres morceaux de ton répertoire un peu plus chill ?

Phazz : Ceux qui me connaissent savent qu’on peut s’attendre à tout. On me connait à la base sur des morceaux plus doux. Mais je vous invite à aller sur mon Soundcloud, les morceaux plus dark sont là aussi ! C’est un style que j’ai toujours aimé et ces morceaux je les joue énormément dans mes dj sets. Au passage l’acappella sur le morceau c’est Stormzy, un rappeur que j’apprécie vraiment.

Est-ce que vous avez des nouveautés à annoncer prochainement ? Un nouvel EP ?

Everydayz : On travaille sur un projet depuis quelques temps. Mais c’est un peu tôt pour en parler. Ca va prendre plus de temps car c’est un format plus long.

Format plus long, égale album ?

Everydayz : Pas forcément un album, mais plus de titres qu’Almeria. On aimerait faire plus de collaborations avec plus de voix aussi. Donc c’est un peu tôt pour en parler mais on travaille sur quelque chose !

Comment vous vous sentez sur la tournée Nowadays ?

Everydayz : Comme des enfants.

Phazz : C’est la cours de récré !

Un message pour le public qui va venir vous écouter pendant la tournée Nowadays ?

Everydayz : Mettez-vous bien !

Phazz : Attendez-vous à l’inattendu !

Merci à Everydayz & Phazz d’avoir participés à cet interview et à l’équipe Nowadays Records pour leur autorisation. 

Suivez leurs actualités :
Everydayz
Phazz