Lieux

Un cocktail, un son #1 : Banzaï my love

#uncocktailunson#cocktail#fantomedelopera#histoire
Chronique : Un cocktail un son
Hélène Vignon

Faire des cocktails est un art. Un travail, de mélange de saveurs et d’alcools, une histoire que vous dégustez et qui est mise en scène de façon différente. Avec la rubrique “Un cocktail, un son”, découvrez l’histoire que chaque cocktail m’inspire liée à une ambiance musicale qui accompagnera votre lecture.

Banzaï, my love.

Vendredi 11h, me voici en voyage d’affaires à Tokyo. Je n’ai jamais mis les pieds au Japon et pourtant, je me sens ici chez moi. Quelque chose m’intrigue, m’attire et donc m’inspire. J’ai rendez-vous à 17h, j’en profite donc pour parcourir les rues de cette ville gigantesque mais aussi pour me diriger vers les anciens quartiers, remplis d’histoire et d’une richesse culturelle à couper le souffle.

Je parcours les rues et découvre une ancienne civilisation, tout en profitant de l’aide de certains habitants pour trouver le bar où j’ai rendez-vous, dans le vieux quartier qu’est Sumida-ku. Mon rendez-vous arrive, il me sourit et m’explique qu’il souhaite me parler tout en me faisant découvrir sa culture et ses traditions.
Il me fait rentrer dans le bar, où ce son met l’ambiance :

Après avoir découvert le lieu et au bout de 5 minutes de discussion, je me retrouve assis par terre, avec un cocktail servi sur la table basse devant nous. Ce cocktail a tout d’atypique. Un bol chinois bleu et des pailles disposées telles des baguettes me rappellent le côté asiatique. Le cocktail est blanc, parsemé de pétales de roses qui amènent une extrême douceur à ce breuvage. Mais je ne savais pas que ce qui m’attendait allait être d’une délicatesse sans précédent.

C’est à ce moment précis, que je la vis.

J’entame les négociations, et surtout, je trempe mes lèvres imprudemment dans le bol. C’est à ce moment précis, que je la vis. Je la visualisais comme si elle était réelle, elle d’une blancheur éclatante, contrastée par la pointe de rose qui recouvrait ses lèvres.

Banzai my Love, cocktail du Fantôme de l'Opéra à Lyon

Le cocktail était doux, mais pourtant la pointe de saké qui se faisait sentir m’enivrait et me rapprochait d’elle peu à peu. Chaque gorgée était comme un pas vers elle et la musique m’emportait de plus en plus.

Soudainement, mes papilles découvrirent quelque chose de nouveau, un goût fruité et sucré qui commençait à créer une certaine addiction en moi. Je n’arrivais pas à trouver d’où venait cet arôme, tellement les ingrédients étaient tous mélangés avec délicatesse et pureté. Une chose était certaine, ces interrogations m’obsédaient, j’en avais oublié le but de ma venue et tout ce qui se trouvait autour de moi.
Impossible de m’arrêter, à chaque fois que je posais le récipient, mes mains se resserraient pour l’amener de nouveau à ma bouche. Une obsession, et la musique, et le goût… et sa danse. Car oui, elle dansait et chantait. En fait, c’était son métier, puisqu’elle était Geisha.

(…) et s’exclama “Banzaï”. Naturellement, je répondis, “Banzaï, my love”.

La révélation ne tarda cependant pas à arriver, j’avais trouvé la clé du cocktail, le goût si étrange n’était autre que celui du litchi. Tout le monde s’arrêta net, j’étais un étranger et pourtant, j’avais compris. Elle se dirigea vers moi, pris ma coupelle vide et s’exclama “Banzaï”. Naturellement, je répondis, “Banzaï, my love”.

Voici l’histoire que m’inspire le fameux cocktailBanzaï my Love” créé par le Fantôme de l’Opéra, bar à cocktails mystérieux à Lyon.

salle fantome opera

Le Fantôme de l’Opéra

Lyon 1Bar à cocktail

Oserez-vous tenter l’expérience ?

Crédits photo : Lauren Ledbetter / Le Fantôme de l’Opéra

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.