Lieux

Un cocktail, un son #6 : Old Fashioned

#antiquaire#uncocktailunson#oldfashioned
Chronique : Un cocktail un son
Hélène Vignon

Faire des cocktails est un art. Un travail de mélange de saveurs et d’alcools, une histoire que vous dégustez et qui est mise en scène de façon différente. Avec la rubrique “Un cocktail, un son”, découvrez l’histoire que chaque cocktail m’inspire, liée à une ambiance musicale qui accompagnera votre lecture.

Mon nom est James, et je ne suis aujourd’hui plus qu’un fantôme. Mais l’histoire que je vais vous raconter ne se porte pas sur quels lieux je hante mais plutôt sur ce que j’ai apporté au monde du cocktail
Je vous laisse voyager dans l’espace et dans le temps. Rendez-vous à la fin du 19ème siècle, aux États-Unis dans le « Pendennis Club » de Louisville. Je suis membre de ce club de gentlemen mais aussi barman et ce soir, c’est derrière le comptoir que je participe à la réunion. Propriétaire de la marque de bourbon « Pepper » j’ai décidé de surprendre mes confrères. 

Premier sur place, j’installe les tables et je mets en place le décor. Lumière tamisée, je prépare mon bar en lavant les verres, les essuie et mets en place les petites bouchées apéritives. Puis je me dirige vers le tourne disque et sélectionne les vinyles de la soirée. Je mets le premier disque, que je vous laisse écouter : 

Je griffonne quelques dosages.

Les invités arrivent un à un, et nous entamons la soirée toujours aussi agréablement et en musique. Nous exposons certains points importants à améliorer sur le lieu que nous entretenons. Et puis à force de parler, les bouches s’assèchent et il est temps pour moi de servir quelques cocktails. Comme la coutume le veut, nous commençons avec un « Wiskey Cocktail » que je sers rapidement, connaissant la recette par coeur. Au bout de quelques verres servis, je laisse tout le monde reprendre le cours de leur discussion quand je décide enfin de mettre en oeuvre mon plan. J’ai décidé de les surprendre et pour cela, je prépare de nouveaux ingrédients et je griffonne quelques dosages. Je fais mes tests, je déguste et j’arrive enfin à un résultat convaincant. Je décide tout de même de patienter une heure avant de servir le cocktail, pour le goûter de nouveau. 

J’ai des projets plein la tête.

Une heure plus tard, je ressens une certaine excitation. Je viens de tremper mes lèvres dans mon cocktail, servi avec un gros glaçon et j’élabore des plans pour la décoration. Un short drink d’homme, ça j’en suis certain ! Avec ce mélange de Bourbon, Angostura bitter, sucre liquide accompagné d’un zeste d’orange et de cerise à l’eau de vie, j’espère convaincre et séduire les autres. J’ai des projets plein la tête et j’angoisse presque. 

Une nouvelle vague de confrères arrive au bar, et ils me demandent de servir cette fameuse boisson qu’ils dégustent depuis le début de la soirée. Malin, je leur dis que j’ai changé le décor sans tout dévoiler. Je place les verres et les laisse goûter sans un mot en attendant leur réaction. 

Un cocktail, un son #6 présente l'histoire du Old Fashioned, cocktail servi à l'Antiquaire à Lyon.

C’est un Old Fashioned Monsieur »

Le brouhaha n’est plus. Désormais tout est silencieux et tous les regards sont posés sur moi. Une personne que je ne connais pas arrive vers moi avec dédain et pose le verre en disant « Ce n’est pas ce que j’ai demandé« . Tout le monde acquiesce et je commence à avoir des sueurs froides. Une autre personne prend la parole, et s’exclame « Bien sûr que ce n’est pas ce que nous avons demandé ! Vous avez mis tout ce temps à vous en rendre compte ? Ce jeune homme vient de révolutionner le « Whiskey Cocktail« , alors, comment appelez-vous cette petite merveille ? ». Avec un petit sourire en coin, je garde mon sérieux et j’affirme « C’est un « Old Fashioned » Monsieur ». 

Si vous aussi vous souhaitez goûter à ses saveurs délicates et gourmandes, ce cocktail est servi à l’Antiquaire à Lyon.

Crédits photo : Lauren Ledbetter

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.