Lieux

Un cocktail, un son #9 : Bloody Mary

#antiquaire#bloodymary#uncocktailunson#cocktail#decouverte
Chronique : Un cocktail un son
Hélène Vignon

Faire des cocktails est un art. Un travail de mélange de saveurs et d’alcools, une histoire que vous dégustez et qui est mise en scène de façon différente. Avec la rubrique “Un cocktail, un son”, découvrez l’histoire que chaque cocktail m’inspire, liée à une ambiance musicale qui accompagnera votre lecture.

Aujourd’hui je fête mes 30 ans. J’ai l’habitude de sortir et de faire la fête en ville, mais ce soir, mes amis m’ont apparemment réservé une surprise. Je ne sais rien de ce qu’il va se passer à part « une voiture viendra te chercher aux alentours de 18h ». Il est 17h et je dois vous avouer que cette journée ne se passe vraiment pas comme je l’avais imaginée. Bien sûr, j’ai reçu une multitude de messages, mais aussi une quantité astronomique de blagues concernant mon âge, le fait que je n’ai ni compagnon, ni enfant. « Tic toc tic toc tu l’entends l’horloge ? Bon anniversaire quand même ! » Je crois que celui-ci a été le pire. Je me prépare donc en essayant d’oublier tous ces propos et j’espère que cette soirée compensera le tout. 
Robe de soirée enfilée, talons, maquillage tout y est ! Je me sens bien et j’ai presque oublié mes soucis. Quelqu’un sonne à la porte, j’aperçois à travers la fenêtre un chauffeur tiré à quatre épingles. Je monte dans la voiture sans savoir vraiment où l’on m’emmène. 

Quels amis ? 

Après une heure de route, le chauffeur me dépose devant un… château ! Enfin, vu comme je le vois, avec la nuit qui est tombée j’appellerai ça un manoir. En plus, il n’y aucun bruit qui se fait entendre, bizarre ! Je frappe à la porte, une femme très crispée vient m’ouvrir en se présentant comme étant l’intendante de la maison (maison, elle est gentille). J’avance, tout est noir et je commence à avoir des frissons… Je lui demande où sont mes amis, bien naturellement, elle me répond « Quels amis ? « . J’en ai vu des films d’horreur et je peux vous dire qu’en plus je devine facilement ce qu’il va se passer, je suis même prête à parier qu’un gugus va sortir de derrière une porte avec un masque de débile et que je vais prendre mes jambes à mon cou, dans la mauvaise direction. Bref, trêve de plaisanterie l’intendante me dit que je suis attendue dans le salon et me demande de la suivre (en même temps, j’allais passer la soirée à trouver le salon toute seule vu le nombre de pièces ici). 

J’entre dans une immense pièce où se trouve une énorme cheminée, une table gigantesque remplie de choses à manger, de vieux fauteuils et un magnifique bar. Le décor est vétuste mais sublime, sans compter le magnifique et volumineux lustre qui pend au-dessus de ma tête. Mais je n’ai pas le temps d’observer puisque sortie de je ne sais où, une musique se met en marche

 

Il m’était impossible de dire non.

Je m’installe dans un fauteuil et j’attends. Je me dis que mes amis ont vraiment abusé sur la surprise mais maintenant que l’on y est, autant en profiter. J’imagine qu’ils ne sont pas encore prêts ! Les minutes passent et l’attente devient longue et pesante. Soudain, une porte s’ouvre, un homme d’une pâleur étrange avance et se place derrière le bar. Vêtu d’un costume noir, il me regarde avec insistance. J’essaie de reconnaître un pote déguisé, en vain. Ses yeux me fixent tellement que je ne peux même pas me retourner de peur qu’il se jette sur moi. Je soupire et je me lève en direction de ce dernier. Je lui dis bonjour, sans réponse. Enfin, 3 minutes après, il me propose de boire un « petit quelque chose ». La phrase était dite sur un tel ton, que je vous jure qu’il m’était impossible de dire non. Il esquissa un petit sourire en coin (encore plus flippant) et se mit au travail. 

Bloody Mary, me répondit-il froidement.

Quelques instants plus tard, il me tendit un verre. Celui-ci était bien décoré mais quelque chose clochait. Le liquide était rouge. Pas rouge pamplemousse, ou rouge orangé, ou rouge cerise, je vous parle là d’un rouge sang. En plus de ça la boisson avait l’air consistante et épaisse. Je ne savais quoi dire. Apparemment, une fois encore je sentais ce regard glaçant sur moi et j’en ai donc conclu que je n’avais pas le choix. Pour gagner du temps, (mais où sont passés mes amis ?), j’essayais d’entamer une conversation. Je posais des questions sur le cocktail, ce qu’il y avait dedans, quel était l’alcool mais sans aucune réponse en retour. Vraiment flippant… je commençais à croire que ce monsieur était sourd avant qu’il ne réponde à une seule de mes questions, celle où je l’interrogeais sur le nom du cocktail. « Bloody Mary« , me répondit-il froidement. N’ayant plus de cartes à jouer, je décida donc de goûter ce fameux cocktail sanguinolent

Un cocktail, un son présente le Bloody Mary, servi à L'antiquaire à Lyon

Je fus très surprise par le goût de ma boisson. C’était un délice ! Simple, mais efficace, à base de gin, de jus de citron jaune et d’un mix de tomates ce cocktail était généreux et puissant. Un jeu entre les acidités et le sucré, où le gin ressortait juste comme il faut à chaque gorgée. Époustouflée et rassurée, je me retourne vers Dracula (autant l’appeler comme ça) et lui dit « Tu peux faire venir mes amis maintenant ? » et tous entrèrent en criant et rigolant dans la salle. 

Cette bande d’idiots, j’ai vraiment eu un moment de doute.

Si vous aussi vous souhaitez goûter à ses saveurs délicates et gourmandes, ce cocktail est servi à l’Antiquaire à Lyon.

Crédits photo : Lauren Ledbetter/ L’Antiquaire

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.